EN FR PT

Début ce matin en format virtuel de la 5ème réunion ministérielle de la CCRS à son siège, sous la présidence de Mme @GaramaSaratou: Examen et Adoption des documents stratégiques de l’opérationnalisation du SE/CCRS et du Fonds Climat Sahel. @PresidenceNiger @Amb_MNuhu @AfDB_Group

4

Communiqué signé du Side Event de très haut niveau des commissions africaines, tenu le 8 nov. 2022. en marge de la #COP27 en Egypte

@PR_Congo @PR_Senegal @_AfricanUnion @ASoudanNonault @PresidentABO @Macky_Sall

Téléchargez sur ce lien ⤵️⤵️

https://www.fondsbleu.africa/communique-adopte-de-la-reunion-de-tres-haut-niveau-des-commissions-climat-africaines/

Le Coordonnateur Régional de la #CCRS a reçu cet après-midi Mme Clara Proutheau du Bureau régional du #PNUD pour l’Afrique du Centre et de l’Ouest et M. Mahamane Lawali, chargé de Programme @PnudNiger, dans le cadre de la #sécurité #climatique dans la zone de l’Afrique du C.O

Load More...

Allocution du Coordonnateur du CTO-CCRS, lors de l’atelier régional des Points Focaux Climat et Fonds Vert Climat des Pays membres de la CCRS du 09 au 10 Aout 2021

Août 11, 2021

Monsieur les Conseillers Spéciaux et du Président de la République ;

Monsieur le Secrétaire Général du Ministère de l’Environnement et de la lutte contre la désertification ;

Mesdames et Messieurs les Experts membres de la Commission Climat pour la Région du Sahel et des Commissions sœurs ;

Mesdames et Messieurs les Représentants des institutions partenaires de la Commission Climat pour la Région du Sahel ;

Mesdames et Messieurs les Cadres centraux et acteurs des organisations non étatiques ;

Chers participants,

Je voudrais tout d’abord souhaiter la bienvenue au Niger à tous les participants au présent atelier régional des points focaux climat et fonds vert climat des pays membres de la Commission Climat pour la Région du Sahel.

Au nom des plus hautes autorités du Niger, je tiens à vous remercier pour votre présence à la présente rencontre, qui participe aux initiatives engagées dans le cadre de l’opérationnalisation de la Commission Climat pour la Région du Sahel dans une dynamique d’optimisation de la coopération régionale à la faveur du développement durable et de lutte contre les changements climatiques en particulier.

Comme vous le savez, la Commission Climat pour la Région du Sahel dont la coordination a été confiée à la République du Niger, a vu le jour lors du Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement Africains dit « Sommet de l’action en faveur d’une Co-émergence continentale », tenu à Marrakech le 16 Novembre 2016, à l’initiative de sa Majesté le Roi du Maroc. A cette occasion, deux autres commissions régionales furent créées notamment celle du Bassin du Congo et celle des Etats insulaires d’Afrique.

Je voudrais d’ailleurs saluer la présence parmi nous des représentants de ces commissions sœurs, avec lesquelles, le Niger sous la forte impulsion de son SEM BAZOUM MOHAMED, Président de la République, Président de la commission Climat pour la Région du Sahel, compte travailler étroitement pour atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés, en apportant des réponses durables aux effets néfastes des changements climatiques sur le continent.

A travers ces commissions dont l’acte de création a été entériné le 31 Janvier 2017 par la 28ème Session de la Conférence de l’Union Africaine, les dirigeants africains avaient exprimé leur volonté de définir ensemble un mécanisme concret devant faciliter une meilleure mise en œuvre de l’Accord de Paris en Afrique.

C’est ainsi que, sous l’impulsion de son premier Président, SEM Issoufou Mahamadou, et avec l’appui des partenaires techniques et financiers, la Commission Climat pour la Région du Sahel, s’est dotée dès Mai 2017 de son instance de suivi technique dénommée Groupe de Travail Conjoint des Experts de ses Pays membres. Cette instance avait activement préparé les sessions des instances politiques à savoir, la réunion des Ministres en charge de l’environnement et la conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement dont la première session s’est tenue ici-même à Niamey le 25 Février 2019.

Je voudrais, au nom de toutes les parties prenantes, rendre un vibrant hommage à SEM Issoufou Mahamadou dont l’impulsion et le leadership ont favorisé l’avancée significative de l’opérationnalisation de la Commission. Je voudrais également exprimer les remerciements du Niger aux partenaires techniques et financiers de la Commission dont l’accompagnement constant a été d’une importance capitale dans l’atteinte des résultats obtenus au cours de ce processus.

Je voudrais enfin saluer tous les acteurs qui sont intervenus dans ce processus, et ont contribué à un titre ou à un autre à atteindre des résultats encourageants que nous avons enregistrés aujourd’hui.

Mesdames et Messieurs,

Dans le cadre de la poursuite du processus de son opérationnalisation, la Commission Climat pour la Région du Sahel s’est aussi dotée d’un Plan d’Investissement (PIC-RS 2018-2030) assorti d’un Programme Prioritaire pour Catalyser les Investissements Climat au Sahel (PPCI 2020-2025). Le financement de ce programme a d’ailleurs fait l’objet d’une table ronde le 26 Février 2019, au lendemain de la 1ère Conférence de ses Chefs d’Etat et de Gouvernement. Ladite première Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement a décidé de la création d’un Secrétariat Permanent chargé de la coordination et du suivi au niveau opérationnel de la mise en œuvre du PIC-RS, dont le siège est fixé à Niamey.

Au cours de ce processus, il est apparu nécessaire et urgent de mettre en place un Cadre Transitoire Opérationnel, pour conduire le processus d’opérationnalisation de la commission jusqu’à la mise en place effective de ce Secrétariat. Cette structure, qui placée auprès du Président de la République du Niger, Président de la commission, et dont j’ai l’insigne honneur de diriger, est composée de personnel national mobilisé par le Niger et d’experts relevant des autres Pays membres, notamment : le Burkina Faso au titre du Sahel occidental, Djibouti au titre du Sahel oriental, le Nigéria au titre du Sahel anglophone et le Tchad au titre du Sahel central.

Doté d’une feuille de route 2020-2023, le CTO-CCRS a vu ses activités régionales officiellement lancées en octobre 2020.

Notre réunion d’aujourd’hui fait d’ailleurs partie des activités entrant dans le cadre de la mise en œuvre de cette feuille de route.

Mesdames et Messieurs,

Cette première réunion régionale des Points Focaux Climat et Fonds Vert des Pays membres de la Commission se tient dans un contexte marqué notamment, par un regain de la diplomatie climatique régionale et internationale et ce, malgré la situation sanitaire préoccupante liée à la COVID 19.

Il y a donc une nouvelle dynamique à l’échelle internationale dans la prise en compte du défi climatique.

Pour le Sahel qui est confronté à d’autres défis émergents notamment, ceux en lien avec l’insécurité, la migration et la croissance démographique, ce processus revêt donc un intérêt tout particulier qu’il nous revient de faire aboutir rapidement. La présente réunion s’inscrit dans la droite ligne des préparatifs de la 26ème Conférence des Parties à la Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique (COP26) qui devrait être la première étape dans l’agenda d’examen de la mise en œuvre de l’Accords de Paris et de son efficacité, sur la base des résultats du processus de révision des Contributions Déterminées au niveau National (CDN) des Pays des Parties.

C’est pourquoi, au regard des enjeux et des défis qui caractérisent le processus de révision des CDN notamment pour nos pays de la Région du Sahel, la première journée de notre réunion sera consacrée à l’examen de l’Agenda de ces instruments importants de la mise en œuvre de l’Accord de Paris.

Mesdames et Messieurs,

Aujourd’hui, il apparait clairement que la mise en œuvre de l’Accord de Paris n’est pas confrontée qu’au seul défi lié à la hauteur des ambitions déclinées dans les CDN des Pays. L’absence des mécanismes cohérent et durables permettant la mobilisation des ressources pour la mise en œuvre des actions climatiques inscrites dans ces CDN reste et demeure aussi une préoccupation majeure pour nos pays en développement.

La seconde journée de la présente rencontre sera consacrée aux échanges sur l’un des mécanismes importants pour la mobilisation des ressources, défini dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord de Paris, il s’agit du Fonds Vert pour le Climat.

Ce Fonds, faudrait-il rappeler, est destiné à devenir principal mécanisme de financement multilatéral pour aider les Pays en développement dans les efforts d’atténuation et d’adaptation. Malheureusement, il est d’une complexité d’accès qui tend à le rendre inefficace et inadapté aux enjeux et défis auxquels font face en particulier, les Pays Africains. Cette situation nous oblige à replacer l’accès au fonds vert au centre de nos préoccupations dans le cadre de la préparation de la COP26.

Nous devrons avoir une position commune sur toutes les questions cruciales et notamment sur les dispositions relatives à l’application de l’article 6 de l’Accord de Paris.

Ces dispositions permettent de définir en effet, les mécanismes adaptés devant encadrer :

  • L’aide financière aux pays en développement,
  • L’indemnisation des Pays vulnérables pour les pertes économiques subies en raison du changement climatique,
  • la question du système de marchés du carbone et de crédits-carbone
  • Et le transfert de technologie.  Je souhaite vivement que nos travaux enrichissent le projet d’appel des point focaux climat et fonds vert de la Région du Sahel » Appel de Niamey» à l’endroit notamment, de la communauté internationale pour plus d’attention sur les préoccupations africaines et sahéliennes en particulier dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord de Paris sur le Climat. Cet Appel constitue un important instrument de plaidoyer pour les pays membres de la CCRS en prélude au sommet des leaders mondiaux, prévu se tenir le 1er et le 02 Novembre 2021 à Glasgow, au Royaume Uni, en marge de la COP26.

Au regard de la diversité et de l’expérience des participants, je ne doute pas que la présente réunion aboutira à des résultats concluants pour notre participation à la COP26. Sur ce, je déclare ouverte, la réunion des Points Focaux Changement Climatique et Fonds Vert Climat des Pays membres de la CCRS.

Je vous remercie de votre aimable attention.